jeudi 7 novembre 2019

Irréalité du monde flottant

"A Yakushima, j'ai marché au milieu des contes de fées. Ici plus qu'ailleurs on est au cœur de la distorsion spatio-temporelle que provoque si bien la brume. [...]
De cet amas de branches et de feuillages surgissent à volonté gnomes, démons, fées ou princesses. Des vapeurs montent du sol, et derrière ce fin rideau de pluie, l'air même semble vert. Dans les craquements des branches et les chuintements spongieux de la mousse, j'avance sans fin dans la forêt, ce "corps de voilures trouées", ce "vertige de solutions tremblées luttant les unes avec les autres en une inextricable pelote de cheminements aveugles"."*

Corinne Atlan, Petit éloge des brumes, Folio 2019, p. 63-64.

"La forêt abonde en souches anciennes encore debout, témoins de ce temps. La plus gigantesque d'entre elles provient d'un arbre coupé en 1580 sur ordre, dit-on, du célèbre seigneur de guerre Hideyoshi Toyotomi. On peut descendre dans la cavité intérieure, où l'on se sent comme dans un caveau : ci-gît un arbre géant, abattu il y a de cela plus de quatre cents ans, alors qu'il était âgé de plusieurs milliers d'années. Vertigineuse mise en abyme d'une temporalité si éloignée de la nôtre."

Corinne Atlan, Petit éloge des brumes, Folio 2019, p. 66-67.

"Certes indissociable du climat japonais, la brume a principalement pour but chez Sesshû, peintre et moine zen, de révéler les formes dans leur vérité essentielle : elle désigne l'irréalité du "monde flottant". Et puisqu'en ce monde d'impermanence tout change et se transforme, les traits d'encre, loin de chercher à fixer une représentation, sont de purs mouvements d'énergie. Parfois la blancheur de la brume contraste avec l'anthracite des rochers, parfois elle repousse dans un lointain quasi inaccessible la perspective du nirvâna symbolisé par des hauteurs vertigineuses."

Corinne Atlan, Petit éloge des brumes, Folio 2019, p. 80-81..


Paysage (partie inférieure), par Sesshū , 1481, TNM

_________________________
* Jean-Christophe Bailly, Le versant animal, Bayard 2007, p. 61.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire