dimanche 20 octobre 2019

Notre lot commun de mélancolie

"Au ranch, les fêtes et les soirées dansantes sont moins joyeuses sans Jack, malgré nombre de visites palpitantes. Lindbergh et Amundsen lui en remontrent avec les airs et les pôles. Mais son diabète s'aggrave. Elle [Eliza, la demi-sœur de Jack London] marche avec difficulté, les pieds enflés, les yeux voilés. Le médecin refuse ses dollars. Mais il accepte des premières éditions des romans de Jack London, que sa fille revend en catimini.
Les derniers temps, Eliza cède au vertige du spiritisme. Une fois, elle revoit Jack. Il marche dans un tunnel. C'est tout.
Elle meurt à soixante-treize ans. La presse californienne unanime salue Eliza Shepard, une pionnière du XXe siècle, dévouée et patriotique, réputée pour sa passion des activités en plein air. Les notices nécrologiques rappellent parfois qu'elle était la soeur de Jack London. Selon ses vœux, parmi les intimes appelés à porter son cercueil, c'est une première, il y a une femme."

Bernard Chambaz, Un autre Eden, Seuil, 2019, p. 131-132.

"Personne ne pouvait s'attendre à ce qui suivit et qui donne le vertige. Le premier tirage de dix mille exemplaires est épuisé en vingt-quatre heures. Il s'en vendra des millions. Sans qu'il touche un cent de plus. Tout va à une extrême vitesse et il faut garder la tête froide, autant que possible. La célébrité lui plaît et l'encombre, les comparaisons lui plaisent et l'embarrassent. Les femmes ne le regardent plus comme avant, ou est-ce une impression ; les camardes non plus, au moment où The Comrade publie Comment je suis devenu socialiste, qui ramasse le choc qu'ont été la vision de l'abîme social où il s'est vu glisser naguère et le spectacle de l'Abîme des bas-fonds dont les miséreux ne se relèvent pas. Il ne mégote pas mais il ne se fait pas que des amis parmi les camarades, car si le socialisme est une nouvelle naissance, un degré supérieur de la conscience, Jack donne la primauté à l'individu sur les masses avec ce singulier mélange d'orgueil et d'humilité qui le constitue. "J'étais déjà cela, quel que soit le nom qu'on lui donne, et, avec l'aide des livres, j'ai découvert que cela, c'était socialiste."
A vingt-sept ans, il est devenu riche et il ne songe qu'à naviguer et à écrire jour et nuit, sur son voilier. A qui pourrait-il confier qu'il a le sentiment d'avoir fait son Moby Dick, que son Buck est sa baleine, qu'il ressemble à ce chef d'oeuvre, en bref, en bâtard, en plus léger mais couronné par une transcendance du même ordre, que le chien-loup a ses quartiers de noblesse et que toutes ses pages noircies visent à contourner notre lot commun de mélancolie."

Bernard Chambaz, Un autre Eden, Seuil, 2019, p. 172-173

Eliza Shepard stands with Milo Shepard and group of unidentified people in front of stone house (1937-07-27)



Aucun commentaire:

Publier un commentaire