mardi 24 septembre 2019

Dans la torpeur d'une sieste estivale

"Dans la torpeur d'une sieste estivale, on se prend parfois à suivre des yeux les mouches qui sous une lampe de plafond jouent entre elles. Leur vol forme dans l'espace des triangles de toutes tailles. Leur allure, lente et régulière lorsqu'elles sont éloignées les unes des autres, s'accélère subitement et s'emballe dès qu'elles se rapprochent et semblent s'affronter. Ponctuées par l'entrée ou la sortie de nouveaux participants, les figures produites par ces duos, trios et quatuors d'insectes présentent au vacancier à demi assoupi une danse aérienne composée de cercles, de zigzags, d'allers-retours et de descentes vertigineuses suivies de remontées.
La danse est partout, semble-t-il. Tout dans le cosmos se meut, de manière ordonnée ou chaotique. A commencer par les astres, dont les trajectoires circulaires et les rotations exercent une antique fascination. "Aussi ancienne que l'amour" et que l'univers, la danse, dont Lucien de Samosate fait l'éloge au IIe siècle, trouve son inspiration dans "la conjonction des planètes et des étoiles fixes, leur société harmonieuse, leur admirable concert [...]". L'ordre et l'harmonie de la nature, célébrés aujourd'hui encore par les derviches tourneurs en robes blanches, le sont aussi par les danses en forme de rosace mises en scène par la chorégraphe Anne-Teresa de Keersmaeker et le réalisateur Thierry de Mey dans les clairières des forêts."

Julia Beauquel, Danser, une philosophie, Carnets Nord, 2018, p. 9-10.



Aucun commentaire:

Publier un commentaire