mardi 23 juillet 2019

La fille du train

"Arrivée dans la rue, j'ai vu Anna qui transportait des affaires d'une voiture jusque dans la maison. Elle emménageait alors que j'étais à peine partie. Elle ne devait pas s'inquiéter du qu'en dira-t-on. Elle m'a aperçue et je me suis dirigée vers elle. Je ne sais pas ce que je comptais lui dire - rien de très rationnel, c'est certain. Et, comme aujourd'hui, elle est partie en courant. A ce moment-là, je ne savais pas le pire, la grossesse ne se voyait pas encore. Dieu merci. Je crois que je serai morte sur place.
Tandis que j'attends le train sur le quai, je suis prise d'un vertige. Je vais m'asseoir sur un banc et j'essaie de me rassurer : ce n'est qu'une gueule de bois. Cinq jours sans boire puis une cuite, et voilà. Mais je sais que ce n'est pas uniquement ça. C'est Anna.Cette image d'elle, et ce que j'ai ressenti en la voyant s'éloigner comme ça. De la peur."

Paula Hawkins, La fille du train, Pocket, 2015, p. 311-312,

Aucun commentaire:

Publier un commentaire