mardi 7 avril 2020

Dans les entrailles de chacun un sorcier descend

Marcel Moreau est mort du coronavirus le 4 avril 2020, à Bobigny. Né en Belgique le 16 avril 1933, l’écrivain avait 86 ans, il laisse une soixantaine de livres. Petite recension de vertiges dans l'hommage donné dans Diacritik, sous la plume de Lucien Raphmaj.

"À dos de dieu, de Marcel Moreau, fait partie de ces livres plus que radioactifs. Il est un de ces livres terriblement radieux et sombres, brûlant toujours, et dont aucune « demi-vie » des atomes ne pourrait rendre compte – parce qu’un tel livre en appelle à la vie infernalement pleine, entière, énorme et indivisible – vie et mort embrassées.
Ce livre a été édité une première fois en 1980, une lune d’asticots (éditions Luneau Ascot) brillant sur « l’ordure lyrique » de ce texte vibratoire énoncé depuis une langue pleine de vertiges, une langue syncopée, assourdissante, menée tambour battant sur presque cent pages."

"On suit clairement la mise en place d’un monde vécu, ruminé, remué enfant par la musique, non pas par ce qu’elle enseigne, solfège et beauté harmonieuse, mais par ce qu’elle remue, désordonne par le biais même de ce qui pourtant est l’ordre : le rythme. « Beffroi est fou, mais Beffroi est un rythme, une machine à produire le vertige. » C’est la phase essentielle de la formation sensuelle de Beffroi enfant : « Bientôt la percussion. Beffroi halluciné. Avec ses cheveux qui balaient le banc, sa tête qui plonge ou qui vire, ses lèvres qui saignent, ses yeux qui sont blancs, énormes, ses dents moussues et son cri ahon ahon ahon ! Cri d’abord puis chant, chant rauque qui semble s’élever d’une plaie, d’une tumeur horrible au fond de la gorge. Batterie qui est un fauve, une brute, une canaille sonore. Et les morts qui sont secoués. Et les morts se redressent, miraculés de ‘drums’. Mon ouïe battue par pluie de coups de poing, de coups de gong d’or. Chaque élève gagné par le rythme, par le message violent et obscène d’une batterie nue. Dans les entrailles de chacun un sorcier descend. »

 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire