samedi 14 mars 2020

Since You Were Born

Accumulation de vertiges dans l'édition du Samedi 29 Février et Dimanche 1er Mars de Libération.




Extrait de l'entretien avec Peter Szendy (mené par Clémentine Mercier) :

[...]
Avez-vous délibérément cherché à nous étourdir dans cette exposition ?
Quand on entre dans le Jeu de paume, ce qu'on voit, c'est un déferlement. Il y a des images partout sur les murs. Pour son installation intitulée Since You Were Born, Evan Roth a imprimé toutes les pages Internet conservées dans la mémoire de son ordinateur depuis la naissance de sa fille en 2016. Comme si le stock des innombrables images accumulées au cours d'une tranche de vie avait explosé en se répandant dans l'atmosphère. Il y avait, en 2015, trois milliards d'images qui circulaient chaque jour sur les réseaux sociaux (il y en a sans doute beaucoup plus aujourd'hui). Ce qui veut dire environ deux millions d'images pendant le temps qu'il vous a fallu pour lire les phrases qui précèdent. Je n'ai cherché à étourdir personne : c'est l'économie des images, ce que j'appelle l'"iconomie", qui est devenue vertigineuse. [...]




Extrait de Bazar à l'essai au Jeu de paume (Clémentine Mercier) p. 29

«On voit sans voir», tels sont les propos tenus par Rihaa, une ouvrière du Bangladesh, dans Clickworkers (2017), une vidéo de Martin Le Chevallier. Payée pour liker des photos et faire des vues de vidéos sur Internet, cette travailleuse invisible voit défiler devant ses pupilles des milliers d’images qu’elle ne regarde évidemment pas, aveuglée par la multitude. Comment penser ce déluge visuel et l’économie mondialisée qui l’accompagne ? Comment illustrer, via des œuvres d’artistes, cette économie qui s’est accélérée avec les ordinateurs et Internet ? C’est le séduisant projet du philosophe Peter Szendy dans le Supermarché des images, l’exposition élaborée à partir de son livre le Supermarché du visible. Dans cet ouvrage, Peter Szendy invente le terme «iconomie», un mot-valise sexy pour décrire le régime esthétique dans lequel nous plonge l’économie marchande globalisée. La vertigineuse production d’images contemporaine serait une composante même des infrastructures capitalistes. Et notre regard, un otage du tsunami visuel. Sous le soleil de la critique marxiste, rien de vraiment nouveau… à part la volonté louable et la gageure excitante d’illustrer ce système d’échange contemporain avec des œuvres d’art, devenues elles-mêmes des valeurs du marché, via les zones franches des ports et aéroports, comme l’explique si bien l’artiste Hito Steyerl dans son installation vidéo Duty Free Art (2015). La visite du Supermarché des images procure, en ce sens, une sensation de vertige : comme Rihaa qui, face à son ordinateur, «like» des images par paquets, le visiteur, pris dans la lessiveuse de l’exposition collective du Jeu de paume ressort brassé, aspiré par un vortex pas toujours limpide. [...]




In Vient de paraître (p. 48)

Antoinette Rychner Après le monde

Ce sont «nous» les narrateurs de ce roman au rythme haletant qui procure un vertige hypnotique. Nous étions en 2022 adeptes du bio et du brunch, votions à gauche, parlions de promouvoir la mixité et des dangers du réchauffement climatique, mais consommions, en moyenne, plus de 250 litres d’eau par jour et par personne et plus de 3 000 litres de pétrole par an. Nous étions si bien, avant l’effondrement en 2023, et ses catastrophes en série qui ne surprennent pas aujourd’hui : cyclone, faillite des marchés, fin de l’emploi, des Etats, du dollar, de la compassion humaine… Depuis longtemps la science-fiction, qui pratiquait la collapsologie avant l’heure, a imaginé la sauvagerie qui suivrait la chute de la civilisation. L’auteure et dramaturge suisse Antoinette Rychner relate cette déchéance humaine mais comme une tragédie antique revisitée, racontée par des femmes, Christelle et Barbara («nous»), sous forme de chants épiques. Ceux-ci représentent à la fois une forme de transmission orale dans la fiction et la forme du roman lui-même. C’est comme si nous avions un legs précieux entre nos mains. Frédérique Roussel

Aucun commentaire:

Publier un commentaire